Pourquoi visiter la Géorgie?

Situé à la croisée de l’Europe et de l’Asie, la Géorgie a attiré depuis l’aube des temps, par la variété de ses paysages et de sa culture, les aventuriers et les commerçants. Le Baron de Baye, un archéologue français du 19èmr siècle a défini les géorgiens comme un peuple qui pense que leurs invités sont un cadeau offert par les dieux "Non seulement la beauté semble éternelle dans ce pays, mais aussi, la bonté, la bravoure, l’honnêteté du cœur géorgien."

Ici le présent côtoie le passée et la modernité est fertilisée par la tradition. Selon les légendes grecques, Jason et ses Argonautes sont venus ici pour chercher la Toison d’or. La Géorgie de nos jours est fortement ancrée dans sa tradition et, en même temps, se tient aux avant-postes des pays de l’ancien bloc soviétique qui cherchent à accéder, sans violence, aux valeurs de la démocratie moderne.  

Pendant tout le 29ème siècle, la Géorgie, sorte de compromis entre la Riviera et la Suisse, a été le pays de villégiature favori des peuples de l’Europe de l’est qui recherchaient les hauts sommets, les plages ensoleillées, sa bonne cuisine et son art de bien vivre.

Depuis la chute de l’Union soviétique, les beautés de la Géorgie s’ouvrent aux voyageurs à la recherche de nouveaux espaces et l’une culture aussi surprenante qu’anciennes. Des rives de la mer Noire aux pics abrupts du Caucase, des riches vignobles de l’est du pays, aux terres semi désertiques, les beautés naturelles de la Géorgie et son extraordinaire diversité biologique et climatique rendent chaque visite un évènement unique.

Pays du Toison d’Or

Le légende de Jason des Argonautes qui conquirent la Toison d’or avec l’aide de l’enchanteresse Médée trouve une résonance particulière dans la pratique séculaire des montagnards de Svanétie qui collectaient poudres et pépites d’or dans les rivières sur des peaux de moutons.

 

Pays du vin

La culture de la vigne en Géorgie remonte à la nuit des temps. On ne peut sans elle imaginer la quotidienne du pays.

Des fouilles archéologiques ont mis en évidence des traces de viticulture en Géorgie plus de 8000 ans. On pense généralement que l’origine du mot vin proviendrait du mot géorgien ‘gvino’.

La Géorgie est riche de plus de 500 cépages domestiques, plus que tout autre pays vinicole. La culture de la vigne est vivante et pratique comme un rite par presque toutes les familles géorgiennes. La méthode géorgienne de vinification à l’ancienne dans des kvevris traditionnels est inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La vinification en « kvevri » se pratique dans toute la Géorgie, en particulier dans les communautés rurales où sont cultivées des variétés de raisin uniques. Le kvevri est un récipient en argile en forme d’œuf utilisé pour vinifier, laisser vieillir et entreposer le vin. Le savoir-faire et l’expérience de la fabrication des kvevri et de la vinification se transmettent par l’intermédiaire des familles, des voisins, des amis et des parents, qui participent tous aux vendanges et aux activités de vinification. Le processus de vinification consiste à presser les raisins et à verser le jus, les peaux, les rafles et les pépins de raisin dans un kvevri, qui est ensuite scellé et enfoui dans le sol afin de laisser le mélange fermenter pendant cinq à six mois avant sa consommation.

Tbilisi – la ville de 15 siècle crée d’être capitale

Tbilissi est la capitale de la Géorgie depuis 1500 ans. La légende situe la fondation de la ville à l’endroit où le roi Vakhtang Gorgasali – tête de Sanglier – retrouva dans une source d’eau chaude, au 5ème siècle de notre ère, un faisan que son faucon avait abattu. Le roi ordonna que l’on bâtisse la ville autour de cette source. Le nom de Tbilissi se réfère à l’eau thermale signifiant chaud en géorgienne. Le mélange architectural de la ville reflète la grande variété des nationalités qui à travers les âges ont fait de Tbilissi leur résidence. La vieille cille a ses quartiers juif, azéri, arménien à un jet de pierre l’une des autres.

Monuments historiques de Mtskheta (Patrimoine UNESCO)

 

 

Les églises historiques de Mtskheta, ancienne capitale du royaume de Géorgie, sont des exemples exceptionnels de l'architecture religieuse du Moyen Âge dans la région du Caucase. Elles témoignent du haut niveau artistique et culturel qu'avait atteint cet ancien royaume.

 

 

 

 

Monastère de Ghélati (Patrimoine UNESCO)

Le Monastère de Ghélati, situé à l’ouest de la Géorgie et fondé en 1106, est un chef-d’œuvre de « l’Âge d’or » de la Géorgie médiévale, période de puissance politique et d’essor économique entre le XIe et le XIIIe siècles. Le monastère se caractérise par des façades de grands blocs de pierre taillés et polis, des proportions équilibrées et la décoration extérieure des arcades aveugles. Le monastère de Ghélati, l’un des plus grands monastères orthodoxes médiévaux, était aussi un centre de science et d’éducation, et l’académie installée dans son enceinte était l’un des plus importants centres de culture de l’ancienne Géorgie.

Haut Svaneti (Patrimoine UNESCO)

Préservée par un long isolement, la région du Haut Svaneti, dans le Caucase, offre l'image exceptionnelle d'un paysage de montagne aux villages d'apparence médiévale, toujours dominés par leurs tours-maisons. Le village de Chazhashi compte encore plus de deux cents de ces constructions très originales destinées en même temps à l'habitation et à la défense contre les envahisseurs qui menaçaient la région.

 

Trois écritures de l'alphabet géorgien (UNESCO)

Le gérogien est l’un des plus anciennes langues vivantes du monde et possède son propre alphabet. Il appartient au groupe kartvélien, faisant partie de la famille des langues caucasiennes. L’écriture géorgienne apparaît au 5ème siècle. C’est ainsi que l’on écrit en caractères géorgiens ‘Saqartvelo’ qui est le nom de la Géorgie: 

Ⴑ Ⴀ Ⴕ Ⴀ Ⴐ Ⴇ Ⴅ Ⴄ Ⴊ Ⴍ  (Utilisé depuis 1er siècle av. J.-C.)

ⴑ ⴀ ⴕ ⴀ ⴐ ⴇ ⴅ ⴄ ⴊ ⴍ  (Utilisé depuis IX siècle ap. J.-C.)

ს ა ქ ა რ თ ვ ე ლ ო  (Utilisé depuis XI siècle ap. J.-C.)

La culture vivante des trois systèmes d'écriture de l'alphabet géorgien est inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le chant polyphonique géorgien (Patrimoine UNESCO)

Les chansons populaires occupent une place de choix dans la culture géorgienne. Le chant polyphonique en langue géorgienne est une tradition séculaire dans ce pays où la langue et la culture ont souvent été opprimées par divers envahisseurs.

Le Chakrulo, chanté lors des cérémonies et des fêtes et qui appartient à la première catégorie, se distingue par son recours à la métaphore, son yodle, le krimanchuli, et un « cri du coq » exécuté avec une voix de fausset. Certains de ces chants sont liés au culte de la vigne et beaucoup remontent au huitième siècle. Le chant est omniprésent dans toutes les activités de la vie quotidienne, des chants de travail (les Naduri qui introduisent dans la musique les cris de l’effort physique) aux chants de Noël (Alilo), en passant par les chants de guérison. Des hymnes liturgiques byzantins ont eux aussi intégré la tradition polyphonique géorgienne, au point d’en devenir une expression majeure.

Le chant polyphonique géorgien est inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.